Toutes les actualités

Faire une recherche par mots-clefs

WEEK-END du 1er MAI (4 jours) =

Sam 28Dim  29  / Lun  30 AVRIL &  Mar 1er MAI 2018  (10h / 19h)

Salon des MINERAUX / CRISTALLIERS/ BIJOUX & BIEN-ETRE

Le plus grand salon de Minéraux Alpins !

Bourg d’Oisans 38520 (ISERE) FRANCE

Au pied de l’Alpe d’Huez et des 2 Alpes

 Sur le 1er SITE NATUREL EUROPEEN, « l’Oisans aux 6 Vallées »

1ère BOURSE créé en 1975

 

PROGRAMME 2018 /HORAIRES CONFERENCES:

Cliquez sur l’image pour l’agrandir:

 Mise en page 1  Mise en page 1 Mise en page 1

Mise en page 1 Mise en page 1Mise en page 1

Mise en page 1Mise en page 1Mise en page 1Mise en page 1

Mise en page 1

 

FETE DES MINERAUX 2018 - Le plus grand salon de minréaux alpins  FETE DES MINERAUX 2018 - SALON + CATALOGUE CATALOGUE

 
         

 

Géopolis a eu le plaisir de participer au salon des minéraux de Paris au Marriott du 16 au 18 mars 2018, invité par les organisateurs que nous remercions très chaleureusement.

Parmi les exposants, nous avons pu admirer pour la première fois à Paris, un stand entièrement consacré aux fameuses gogottes de Fontainebleau.

1

Manifestement l’exposant qui tenait ce stand est spécialisé sur le sujet et fournissait aux visiteurs des explications qui vont bien souvent à l’encontre des idées reçues à propos de ces objets pour le moins énigmatiques.

Avec son autorisation, nous reproduisons ci-dessous quelques uns des éléments très intéressants  de ses explications :

 

Au fait qu’est ce que c’est une gogotte ? Définition

D’un point de vue géologique une gogotte est une concrétion gréseuse à ciment siliceux. Il s’agit de grains de sables cimentés en place par de la silice déposée par de l’eau circulant au sein de la couche de sable.

Chimiquement parlant, une gogotte est constituée presqu’entièrement de silice et a par conséquent, à peu près la même composition qu’un cristal de quartz.

 

69.1comp   HJ307.1.comp

© Comptoir des cristaux

 
2
Face supérieure de gogotte montrant un important phénomène de dissolution.
3
Bel exemple de gogotte incluant un silex lors de son processus de formation.
4
Le mode de formation par ajout localisé de matière peut amener à la création de cavités interne de taille relativement importante (coupe de la gogotte illustrée précédemment).
5
Cassure fraîche montrant d’importantes variations de couleur et illustrant ainsi la variation de la composition chimique des eaux nourricières.
6
Exemple de moule externe de fossile inclus dans une gogotte.

Et quel âge ont-elles ?

On confond très souvent l’âge de la couche de sable dans laquelle se trouvent les gogottes (environ 30 millions d’années) avec leur date de formation réelle. Des travaux très récents (Thiry, 2012) menés sur la datation des « calcites de fontainebleau », qui sont, dans certains gisements, incluses dans les gogottes ont montré des résultats surprenants : les échantillons de calcite qui ont été datés font apparaître deux grandes périodes de formation : entre - 30.000 et - 50.000 ans et - 300.000 ans.

Les gogottes se sont formées bien plus récemment que ce que l’on croie habituellement !

 

Où se forment elles ? Gisements

Si la formation de concrétions au sein d’une formation sableuse est un phénomène relativement courant, les gogottes semblables à celles présentes dans les musées ou les grandes collections privées sont beaucoup plus rares. Elles n’ont été rencontrées qu’en France, dans de très rares endroits tous localisées dans une formation géologique appelée « sables de Fontainebleau ». Cette formation qui affleure sur une partie du bassin parisien possède un ensemble de caractéristiques exceptionnel : un grain très fin, une grande homogénéité et surtout une pureté record pouvant aller jusqu’à 99,9 % de silice !

Ces caractéristiques exceptionnelles, très rarement rencontrées dans la nature, font probablement partie des nombreux ingrédients nécessaires à la formation des gogottes.

 

Pourquoi ces formes ? Morphologie

Au sein de cette formation, les gogottes apparaissent de manière très sporadique, à plusieurs mètres de profondeur sous la surface du sol, parfois de manière isolée mais le plus souvent sous forme de dalles horizontales constituées de gogottes interconnectées les unes aux autres.

Les gogottes sont le plus souvent de couleur blanche (un gris très clair en fait) mais sont parfois colorées en rouge ou en brun par des oxydes de fer. Sur certaines cassures, il n’est pas rare d’observer des alternances de grès de couleur claire et de grès oxydés montrant une variabilité dans le temps des eaux nourricières.

On peut également rencontrer des traces d’oxydes de manganèse sous formes de fines tâches noires à tendance dendritique.

Au cours de leur croissance, les gogottes peuvent englober des éléments présents dans la couche de sable : des calcites sableuses appelées aussi « calcites de Fontainebleau » ou « calcites de Bellecroix », des silex de toutes tailles ou plus rarement des fossiles (dont ne subsiste plus aujourd’hui que le moulage externe).

On observe le plus souvent des différences notables entre la partie supérieure de la gogotte et la partie inférieure : le graphisme de la partie supérieure est souvent plus grossier et montre fréquemment des figures de dissolution ce qui n’est pratiquement jamais le cas de la partie inférieure.

Un examen attentif permet également de constater que tous les « bourrelets » constituant une gogotte n’ont pas toujours exactement la même couleur. Cela est à mettre en relation avec la composition des eaux nourricières qui contiennent non seulement de la silice mais également d’autre minéraux dans des proportions variables. Cette observation permet également de comprendre que les gogottes se forment par ajouts successifs et localisés de matière et non de manière globale, comme si un sculpteur procédait par ajout de petites touches pour constituer son « chef d’œuvre ».

 

Comment se forment elles ? Genèse

La formation des gogottes a fait l’objet de nombreuses théories. Toutefois, les travaux scientifiques menés sur la formation des grès au sein des sables de Fontainebleau (Thiry et al, 1988, Thiry et Bertrand-Ayrault,1988) ainsi que les observations de terrain (disposition des gogottes sous forme de dalles horizontales) montrent clairement que les gogottes se sont formées au niveau de nappes phréatiques. L’eau qui y circulait se chargeait en silice et la redéposait en certains endroits en fonction de variation de paramètres physico-chimiques selon un processus que l’on peut comparer à celui qui explique la formation des concrétions dans les grottes.

Le mécanisme précis permettant d’expliquer les conditions dans lesquelles la silice contenue dans l’eau devenait instable restait jusqu’à présent quelque peu mystérieux. La datation des calcites de Fontainebleau effectuée par M. Thiry en 2012 permet aujourd’hui de privilégier un scénario. En effet, les datations obtenues correspondent aux derniers épisodes glaciaires or, la solubilité de la silice diminue fortement lorsque la température de l’eau décroît.

En l’état actuel de nos connaissances, le scénario le plus probable serait par conséquent l’interaction entre un sol gelé (pergélisol) formé lors des derniers épisodes climatiques de type glaciaire et une nappe phréatique au sein de laquelle circulerait une eau sensiblement plus chaude. A l’approche du sol gelé la nappe phréatique libérerait une partie de la silice dissoute devenue instable. Dans une moindre mesure, le sol gelé, réchauffé par la proximité de la nappe libérerait une eau, de composition chimique plus variable, qui en se réchauffant aurait tendance à dissoudre la silice. Ce double mécanisme expliquerait les variations de couleurs, les figures de dissolution et le mode de formation des gogottes par « petites touches ».

nj207.1comp   nj382.1.comp

© Comptoir des cristaux

 

Photos : © Comptoir des cristaux

 

L’Assemblée Générale de Geopolis s’est tenue cette année à Châtel-guyon, à l’occasion du salon Géologix.

Une occasion pour découvrir cette manifestation installée dans la Halle des sports de la ville thermale et organisée par l’AGVA, Association Géologique des Volcans d’Auvergne.

image1  image2

 

Une fois la porte franchie, l’accueil est chaleureux et la salle d’exposition magnifique.

image3

image4

image5

Cette bourse est devenue en quelques années l’une des dix meilleures manifestations de la minéralogie française. Elle doit son succès à la gestion énergique, et sympathique, d’André Fermis, et des membres de l’AGVA.

 

image6

image7

Dès l’entrée, le club offre aux enfants des pochettes contenant les minéraux emblématiques de la région : olivine, barytine, fluorine, calcites, etc.

 


 

Les vitrines de prestige

image8

Plusieurs collectionneurs ont exposé des minéraux de leur collection, trouvés en Auvergne : une belle occasion de (re)découvrir la richesse minéralogique de cette région et des spécimens inattendus. Ici la vitrine des quartz.

 

image9

Les barytines

 

image10

Les fluorites

 

image11

Une magnifique natrolite

 

image12

D’intéressantes hématites volcaniques

 

image13

En regardant de prêt : des saphirs et des zircons gemmes !

Petits dans l’absolu, mais grands pour des pierres précieuses de France

 

image14

image15

image16

image17

Et bien d’autres minéraux auvergnats célèbres

 


 

Exposition de prestige

image18

image19

Aimablement prêtés par François Escullié ; un grand animateur de la paléontologie, au plus haut niveau international.

 


 

 

Les animations

image20

Plusieurs animations étaient proposée. La maison de l’Améthyste, initiait les enfants à l’art du polissage, ici des fluorites, dureté 4, moins dures que l’améthyste.

 

image21

image22

Une initiation très prenante, le dégagement de fossiles, de plaques de calcaire fossilifère.

 


 

Quelques récoltes récentes

image23

image24

image25

Des fluorites, recouvertes de quartz, trouvées en janvier 2018 dans le secteur de Langeac (Haute-Loire). Elles sont posées sur un astucieux présentoir en bois sculpté, en forme de cristaux, de quartz!

 

image26

image27

image28

De nouvelles découvertes de barytine : l’un des minéraux phare de la région.

 

image29

Une stibine récente. Une réminiscence du passé minier de la région : jadis l’un des plus importants producteurs de minerai d’antimoine au monde.

 

image30

Une très intéressante série de grenats de différents gisements des Pyrénées-Orientales.

 

image31

Dipyres de l’Ariège. Le dipyre est un terme ancien parfois encore utilisé par les géologues pour désigner une variété de scapolite.

 

image32

Des améthystes géodiques mais un peu ternes, d’une localité peu connue.


Des minéraux français plus ou moins récents

image33

Une belle fluorite de Valzergues, proposée par un collectionneur connu de fluorites.

 

image34

Pour ceux qui veulent plus de fluorites de Valzergues

 

image35

Une série de quartz du Mont Blanc dont un « sucre » de haut niveau. Le « sucre » désigne un cristal de quartz tordu « gwindel » aux arêtes lisses. Rappelons que ces torsions sont provoquées par la présence d’un défaut dans le cristal, une dislocation qui engendre des contraintes.

 

image36

Une torbernite de Margabal: un classique de la minéralogie uranifère française. Les cristaux sont ici petits mais la pièce est de grande dimensions.

 

image37

Une série de goethites mamelonnées de Dunet (Indre).

 

image38

Et pour finir, un gypse de Combronde, à proximité de Chatel-Guyon.

 

Et toute nos félicitations pour la haute qualité de cette manifestation qui donne tout son sens à la minéralogie et à la paléontologie française amateur.

Comme le disait Agricola (minéralogiste allemand du 16e siècle) :

« Observer la nature est la nourriture la plus plaisante de l’âme. »

Un grand merci aux organisateurs pour avoir accueilli Geopolis.

 

7questions reponses maif geopolis 2018 web

Pour souscrire en ligne : cliquer ici

 En quoi l'assurance Géopolis me protège plus que mon assurance personnelle ?

Cette assurance est spécifiquement dédiée à vos activités liées à la minéralogie, de géologie et de paléontologie organisées, dans le strict cadre des loisirs, y compris durant les trajets aller et retour domicile/lieu de l’activité.  Les plafonds des garanties sont adaptés à cette activité et peuvent selon certains cas se cumuler avec votre assurance personnelle pour une meilleure  indemnisation en cas d'accident. Celle-ci comprend :

  • la responsabilité civile
  • la garantie d'indemnisation des dommages corporels (individuelle accident) : frais de recherche et de sauvetage, remboursement des frais médicaux, hospitalisation, remboursement des pertes de revenus suite à un accident, frais de lunettes, etc.
  • la garantie défense / recours / protection juridique
 
Mon club organise une bourse-expo, quelles sont les dispositions prévues ?

Les expositions et les objets qui y sont présentés (minéraux, fossiles, et autres) sont couverts à hauteur de 100 000 € et des avenants sont possibles afin d’en augmenter le montant sur demande auprès de Géopolis.

 
En tant que professionnel, est-ce que je peux bénéficier de cette assurance ?

NON, l’ensemble des activités réalisées dans un but professionnel, commercial et/ou lucratif demeure exclu.

 

Si je casse mes lunettes lors une sortie de club,  l’assurance pourra t’elle intervenir ?

OUI, les biens personnels et vêtements des dirigeants, salariés, bénévoles et adhérents des associations affiliées ou à titre individuel sont assurés contre tout événement accidentel survenant à l’occasion d’une activité garantie.


Les personnes mineures sont-elles prises en charge par l'assurance ?

OUI, la garantie s’applique pour tous les adhérents des associations ayant souscrit l’assurance ou à titre individuelle.


La couverture d’assurance s’applique t’elle à l’étranger ?

OUI, la garantie d'assistance-rapatriement, valable également à l'étranger.


Quel est le coût de l’assurance ?

Dans le cadre des activités de votre club, votre association peut  y souscrire pour un montant de 4 € par adhérent. Pour vos sorties personnelles, en dehors du club, il vous  faut souscrire une adhésion individuelle pour un coût annuel de 13 €.
Si vous n'êtes pas adhérent(e) d'une association membre de Géopolis, vous pouvez toujours adhérer directement à Géopolis à titre individuel et bénéficier ainsi des garanties  de ce contrat d'assurance pour un montant de 30 €.

Association responsable respectueuse de l'environnement et du patrimoine géologique

La charte

Tous les adhérents de Géopolis s'engagent à respecter notre charte visant à protéger les sites de récolte et valoriser leur collection de minéraux et/ou fossiles

Dossiers juridiques

Géopolis édite des dossiers juridiques pour ses adhérents afin de répondre aux questions fréquentes posées sur le statut du minéraux, du prélèvement,...

L'assurance

Disponible depuis la création de Géopolis en partenariat avec la MAIF, elle couvre les associations et adhérents pour leur manifestation ou sortie de terrain.

Expositions

Géopolis conçoit et créé des expositions disponibles à la location en partenariat avec les plus grands chercheurs des domaines concernés en géologie, minéralogie,....